Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Histoire et Patrimoine / Église Saint-Rémy d'Ittre
Actions sur le document

Église Saint-Rémy d'Ittre

L'EGLISE SAINT- REMY - ITTRE2015 03 08 balade potales eglise st remy(15)

De construction relativement récente - elle fut reconstruite de 1896 à 1898 - l'église d'Ittre est dédiée à Saint Remy, ancien évêque de Reims qui baptisa en 496 le roi des Francs, CLOVIS. Elle fut consacrée par le cardinal Goossens, archevêque de Malines, en octobre 1899. Cet édifice fut construit selon les plans de l'architecte Léonard qui s'inspira du style néogothique ou romano-ogival (il faut cependant signaler que cette église, ainsi que les précédentes d'ailleurs, est située à l'emplacement même où fut jadis construite la chapelle abritant la Sedes Sapientae … mais ceci est une autre histoire que vous découvrirez au fur et à mesure de votre lecture…).

Une décoration picturale exceptionnelle…

En entrant dans l'édifice, on ne peut qu'être surpris par la décoration picturale qui rappelle celle ornant jadis les anciennes églises romanes de France. Ainsi, on peut y lire de nombreuses citations de l'Evangile relatives à la Vierge Marie, à la mort et à la résurrection du Christ ainsi qu'aux Béatitudes.
Dans la partie supérieure de la nef centrale, des médaillons évoquent les 12 apôtres dont Judas, ce qui est étonnant et rarissime. Dans le fond de l'édifice, on peut voir un médaillon dédié à Saint François d'Assise et, enfin, au jubé, une dernière peinture représentant Saint Grégoire-le-Grand, promoteur du chant grégorien.

Une voûte peut en cacher une autre…

Les voûtes tant de la nef centrale que celles des bas-côtés sont constituées de plaques réalisées en terre cuite et reposant sur des ossatures en fer du plus heureux effet.

Un ciborium ?…

Un ciborium est un baldaquin qui surplombe le maître-autel ! Celui-ci est réalisé en bois polychromé qui donne une note prestigieuse à l'ensemble de l'édifice.

Une chapelle gothique cachée ?…

L'intégration dans le flanc gauche de la construction d'une belle chapelle gothique datant du 16ème siècle, vestige de l'église précédente, est fort bien réussie. Cette chapelle abrite une Sedes Sapientae (traduisez statue…) du 13ème siècle, invoquée sous le vocable de Notre-Dame d'Ittre pour se protéger des calculs rénaux et des hernies !
Les vitraux de la chapelle de Notre-Dame d'Ittre illustrent l'histoire de la célèbre statue. Le premier à gauche rappelle l'invocation à la Vierge Marie et la délivrance du chevalier Isaac et de son fils Arthur prisonniers des musulmans durant les croisades. Les vitraux centraux représentent l'histoire du pèlerinage à la Sainte, tout d'abord la procession durant l'épidémie de peste au 14ème siècle, puis l'intronisation de Notre-Dame d'Ittre en 1371 et enfin les magistrats de Bruxelles portant le cierge aux armes de la ville lors d'une épidémie en ces lieux.

Des fresques d'Albert Vonk

Le chœur de l'église est orné de fresques dues au peintre Albert Vonk, elles représentent des scènes de la Bible. Elles ont été réalisées à l'occasion du cinquantenaire de l'église. De plus, le vitrail dans le fond du chœur est divisé en six médaillons rappelant l'histoire de Saint Remy (Evêque de Reims). Les quatre supérieurs représentent l'évêque de Reims et Clovis lors de la conversion de ce dernier, son baptême, la communion et son sacre à Reims. Les deux médaillons inférieurs illustrent les obsèques du roi des Francs et le transport de la châsse de Saint Remy.

1650 ?

Un très ancien bénitier en forme de coquille taillé dans la pierre bleue est ancré dans le petit porche gauche de l'église, une date y est gravée : 1650.

Et le Trésor alors ?

L'église contient un intéressant Trésor comportant notamment la châsse de Sainte Lutgarde en argent repoussé et réalisé par des orfèvres liégeois en 1624. Elle illustre des scènes de la vie de la fondatrice de l'abbaye d'Aywières détruite par les méfaits de la Révolution française. Ce trésor comporte également un reliquaire en argent datant du 15ème siècle contenant une relique de la Sainte Croix ainsi qu'une autre châsse - en bois peint de Sainte Sybille de Cages, amie et confidente de Sainte Lutgarde - et de beaux ornements sacerdotaux. L'ensemble de ce trésor fut offert jadis par les dernières moniales d'Aywières en reconnaissance de l'accueil de la Communauté ittroise qui les hébergea après qu'elles furent chassées de leur couvent en 1796.
Sainte-Lutgarde est née à Tongres en 1182, elle fut mise très jeune en pension chez les bénédictines. Elle y deviendra religieuse dès l'âge de 18 ans. Peu après, elle choisit d'entrer à l'Abbaye des Cisterciennes d'Aywières. Elle y demeura jusqu'à sa mort en 1246, à l'âge respectable pour l'époque, de 64 ans !

Du vandalisme à Ittre

La chair de vérité de style néogothique a été profanée en juillet 1998 ! Cinq statues représentant le Christ et les quatre évangélistes ainsi que quatre autres petites figurines également en chêne et représentant les Pères de l'Eglise y ont été démontées des panneaux de ce beau mobilier religieux.

Notre-Dame d'Ittre et sa petite histoire…

L'histoire de Notre-Dame d'Ittre commence à Bois-Seigneur-Isaac…
En 1096, Isaac et son fils, Seigneurs de ce village, participèrent à la première Croisade. Ils furent capturés par les Sarrasins lors du siège de Jérusalem. Durant leur détention, ils invoquèrent la Vierge pour lui demander leur libération, en échange de quoi, ils promirent de lui ériger une chapelle à l'emplacement même où son image figurait déjà : contre un tilleul non loin du château. Libérés de leurs chaînes, ils parviennent à rentrer au pays et s'acquittent de leur vœu…. En 1336, un terrible fléau s'abat sur la région : la peste ! Notre-Dame de Bois-Seigneur-Isaac est alors amenée solennellement en procession de village en village. Mais, arrivée à Ittre, la Madone est déposée … et… l'épidémie s'arrête subitement ! Dans ces conditions, la Vierge ne pouvait plus quitter Ittre … malgré les protestations des habitants de Bois-Seigneur-Isaac et les nombreux procès ecclésiastiques qui, assez curieusement, tranchèrent le litige en faveur de l'église d'Ittre.
Pour remercier Notre-Dame de tous ses bienfaits, les Seigneurs de l'époque, Etienne Sire d'Ittre et Englebert d'Enghien, Seigneur de Fauquez, lui construisirent une chapelle (ici même) en 1371. Elle fut rebâtie en 1590 : la chapelle où figure la statue de Notre-Dame est un vestige de la chapelle de cette époque ! ! La démolition de l'ancienne église en 1896 l'ayant épargnée….
Ces mêmes Seigneurs instaurèrent également une procession en mémoire de Notre-Dame. C'est ainsi que depuis 1384, se déroule à Ittre une procession en son honneur (c'est en effet le 8 août 1384 que Jean t'Serclaes, évêque de Cambrai, approuve l'établissement d'une procession qui doit avoir lieu tous les ans au 15 août).
La statue de Notre-Dame d'Ittre que vous découvrez ici fut taillée dans le chêne vers 1265-1270. Notre-Dame d'Ittre, outre pour la peste, était invoquée pour la guérison de la pierre, de la gravelle, de la faiblesse du corps et de la température élevée. Le sanctuaire était également visité par les impotents et les paralytiques. Plusieurs fois, Notre-Dame d'Ittre reçut les hommages de personnages éminents, c'est ainsi qu'en 1669, les Magistrats de Bruxelles envoyèrent un cierge avec les armoiries de la ville et organisèrent un service solennel avec une grande procession.Une petite énigme pour terminer…
Pour la petite histoire, un ouvrier habitant Ittre et ayant participé à la construction de l'église actuelle a inséré dans la façade de l'édifice une petite croix de chapelet. Pour quel motif ?… Dieu seul le sait !… Mais bien malin celui qui la découvrira…

L'église n'est pas un musée,
C'est une fontaine de village !
(Jean XXIII)