Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Motion de soutien du Conseil communal au personnel et à la direction d’Idem Papers

Motion de soutien du Conseil communal au personnel et à la direction d’Idem Papers

Motion de soutien du Conseil communal au personnel et à la direction d’Idem Papers

Depuis de nombreuses années, Idem Papers a obtenu des subsides de la part de la Région Wallonne (17.000.000 €).

Pour survivre jusqu’à présent, l’entreprise a hypothéqué ses machines, ses bâtiments et ses terrains.

Au mois de septembre, le Collège communal est intervenu auprès du Ministre Marcourt pour obtenir une aide supplémentaire de 3 millions d’Euros. Cette mise de fonds a dû recevoir l’approbation de l’Europe, vu les sommes importantes apportées par la Région Wallonne.

Cette aide a été obtenue au mois de décembre avec la mise en place de la PRJ (procédure de redressement judiciaire).

Un changement de management a également eu lieu. Malgré les efforts du personnel et de la direction, la situation financière de l'entreprise ne s'est pas suffisamment améliorée.

En collaboration avec les syndicats et la direction, nous avons participé le 18 mai dernier, à une réunion au cabinet Marcourt pour faire un point de la situation et examiner les différentes possibilités du maintien de l'outil.

En outre, nous avons adressé une lettre au Ministre Président et aux Vice-Présidents de la région wallonne.

Plusieurs rencontres et contacts réguliers ont eu lieu avec la direction de l'entreprise

De nombreux contacts en cours de PRJ, ont eu lieu entre les responsables et plusieurs éventuels repreneurs. La commune a suivi avec intérêt les négociations entre les partenaires.

Ce n’est malheureusement que des lettres d’intention qui sont parvenues au Juge et non pas de réelles propositions de reprise.

A l’initiative des membres du personnel de la Papeterie, une porte s’est ouverte vis-à-vis du principal acheteur.

Celui-ci s’est désisté la semaine passée et donc l’entreprise s’est trouvée devant l’obligation de se préparer à une éventuelle faillite.

Au cours de ce week-end, des rencontres ont eu lieu entre des membres du Collège et du Conseil avec la Direction et les Syndicats.

Nous avons aussi insisté pour que l’ensemble du personnel puisse obtenir sa paie du mois de mai.

Nous avons aussi soutenu les nombreux travailleurs qui veulent sauvegarder l’outil dans un bon état de fonctionnement.

Pour notre part, nous constatons sur le terrain une motivation énorme et une confiance dans l’outil qu’ils connaissent par cœur.

Il est symptomatique de voir que les six dernières semaines après le changement d’un directeur, la production s’est révélée bénéficiaire.

Le conseil communal souligne l’engagement et la motivation dont le personnel a fait preuve pour maintenir l’outil ainsi que sa dignité et son courage aujourd’hui pour faire face à la situation dramatique à laquelle il est confronté.

En conséquence, le Conseil communal, réuni en séance du 30 mai, s’inquiète vivement de l’arrêt des machines des papeteries de Virginal le mercredi 24 mai suite à l’annonce de l’abandon du dernier candidat à la reprise de la société.

Le tribunal de commerce de Nivelles n’a pas prononcé d’aveu de faillite ce lundi 29 mai. Le bilan pourrait être déposé prochainement.

Quelques 370 personnes y travaillent actuellement. La suppression de toute activité industrielle sur le site serait un drame économique et social pour notre commune, pour tout l’Ouest du Brabant wallon et une partie du Hainaut.

Considérant les produits de pointe développés par Idem Papers, leur carnet de commande rempli, la haute compétence de leur main d’œuvre, la détermination du management et du personnel à maintenir une activité économique sur ce site,

Considérant les atouts d’Idem Papers, sa station d’épuration et son unité de cogénération permettant le redémarrage d’une activité industrielle sur le site,

Considérant la proximité du canal,

Le conseil communal à l’unanimité des membres présents souhaite que tout soit mis en œuvre pour le maintien de l'activité économique ou à tout le moins une reconversion génératrice d'emploi.